Make your own free website on Tripod.com

Zone de Fizi : Généralités

Zone de Fizi

L’aperçu général sur le territoire de FIZI – Itombwe ou le pays de Babembe


Très brièvement, le territoire de Fizi (territoire de Babembe) présente les deux grandes réalités suivantes: (i) un territoire énorme aux potentialités géo-économiques intéressantes. (ii) un territoire aux réalités socio-historiques impressionnantes.


La géographie physique de Fizi


Fizi est situé dans le Continent africain, la partie d'Afrique Centrale, région des Pays des Grands Lacs. Il est un territoire national de la République Démocratique du Congo, province du Kivu. Ce territoire comprend toute l'étendue comprise entre: (i)- Au Nord, les limites s'étendent du milieu des escarpements de LUHANGA, allant de l'intérieure des eaux du lac Tanganyika vers l'est et vers l'ouest par le prolongement des moyens et des hauts-plateaux de Mont Mitumba (axe Mikye-Alumya-Sasira-Bisembe) jusqu'à Kitutu (dans le Mwenga). (ii)- A l'Est, toutes les limites des eaux du lac Tanganyika avec le Burundi, la Tanzanie et la Province du Katanga à Kalemie. (iii)-Au Sud, de TALAMA (limite avec le Katanga près de Kalemie) vers l'ouest passant par les pertes des Monts Mitumba à Kayumba-Lambokilela-Kihungwe jusqu'aux limites avec Salamabila (Maniema). (iv)- A l'Ouest, de KITUTU ( nord-ouest) en passant par la Forêt de M'nwema (axe Kanenge-Itula-Nzigu) jusqu'à Kama (limites Maniema-Shabunda).

En terme de superficie, le territoire de Fizi couvre un total de 41.745 Km2 (34.700 partie Fizi et 7.045 Km2 partie Itombwe), soit deux fois le Rwanda (24.950 Km2), une fois et demi le Burundi (27.830 Km2), même plus vaste que la Belgique (33.100 Km2).

Le climat y est très varié. Dans la partie nord-ouest (le moyen et le haut-plateau), Fizi présente un climat tempéré et froid. Le Sud-Est, près du litoral ouest du lac Tanganyika, le climat est chaud et himide.


Ce territoire est aussi baigné par plusieurs rivières dont les plus importantes sont l'Ilile à l'Ouest, la Luama au Sud, la M'tambala, la Sangya, la Ngovi et l'Ambaùlù ( près d'I'amba-Atùta) au Nord-est. Il pleut régulièrement dans les Moyens et les Hauts-Plateaux de Fizi. La verdure du sol de Fizi est en éternelle couleur verte.


La géographie administrative de Fizi


Le territoire de Fizi partage administrativement les frontières avec le territoire d'Uvira au Nord, le territoire de Mwenga et Shabunda à l'ouest, le territoire de Kalemie (Katanga) au Sud, et à l'Est Fizi est borné par le Lac Tanganyika au delà de la presqu'Ile d'Ubwari.


Fizi comprend cinq Collectivités rurales, 27 Groupements, 142 Localités et 1.634 villages. Les cinq collectivités sont: (1). Collectivité de l'Itombwe, chef lieu Epùpù. (2). Collectivité de Lùlenge, Chef lieu Ayumba. (3). Collectivité de Lùbondja, Chef lieu Ngandja. (4). Collectivité de M'tambala, Chef lieu Baraka. (5). Collectivité de Tanganyika, Chef lieu Mboko.

La collectivité de l'Itombwe couvre toute la partie allant de Minembwe jusqu'à Kitutu-Bisembe ( direction Nord-Ouest). La Collectivité de Lùlenge va de la limite de Makùngù jusqu'à Kihùngwe (direction (Sud-Ouest). La Collectivité de Lùbondja va de Malinde ( aux limites-est bien loin à l'intérieur des eaux de la presqu'îl d'Ubwari) jusqu'à Lùlimba (direction Sud-Est). La Collectivité de Mutambala va de la limite de Lweba jusqu'à Atanga (direction Centre-Est). La Collectivité de Tanganyika va de Lùhanga-I'amba jusqu'à Lweba (direction Nord-Est).

Comme on le voit, par ordre de grandeur, la Collectivité de Lùlenge est la plus vaste avec une superficie de 16.205 Km2 tient la tête de la liste, suivie de la Collectivité de Lubondja avec 9.800 Km2, ensuite la Collectivité de l'Itombwe avec 7.045 Km2 puis la Collectivité de Tanganyika avec 5.900 Km2 et enfin celle de M'tambala qui prend la queue de la série avec 2.795 Km2.

Ainsi Fizi n'est vaste que dans sa partie Sud-Ouest allant de la perte de Mont Mitumba ( Bwala-Alembelembe-Lulenge Jusqu'aux Hauts-Plateaux (Minembwe-Kitutu), soit 80,22 %. Des versants Nord-Sud des monts Mitumba jusqu'à la limite des eaux, Fizi ne représente que 19,78 % du territoire (entre M'tambala et Tanganyika).


La géographie démographique de Fizi


Bien que la population Babembe soit estimée à environ 1 million d'habitants ( 986.000) sur l'ensemble du territoire national, Fizi n'est peuplé seulement que par 405,255 habitants avec une densité de 9,68 habitants au Km2. Cette diminution d'habitants est expliquée par un seul facteur: les multiples cas de luttes armées signalés dans ce territoire depuis les tentatives d'esclavagisme et de la traite des noirs par les arabes jusqu'à ce jour. La population elle-même y est très diversement répartie. Selon les statistiques disponibles actuellement, la concentration de la population de Fizi respecte les limites démographiques suivantes: (i) La Collectivité de Tanganyika: 207.886 habitants. Les tendances de concentrations sont: entre Sangya-Mboko et Iléla: 77.810 habitants. Entre Lweba-Lusenda et Atùngùlù: 48.506. Entre Abùmbe-Swima et M'nene (M'munga): 36.802 habitants: Entre Lusùkù-Abala et Elùmbe-Néhéle: 23.866. Entre Pemba-Ase'eci et Bangwe-Atùta-Iamba: 15.962 habitants. Et enfin Akùkù-Lwenge et Lutabùla-M'nembwe: 4.920 habitants.

(ii) La Collectivité de Ngandja: 63.550 habitants. Les tendances de concentration sont: entre Dine et Talama: 28.786 habitants (le long des escarpements des bords littoraux du lac Tanganyika). Entre M'longwe/Akembe-Ase'e- Sebele et Nemba: 12.342 habitants. Entre Malinde-Lùong'o-Fizi et Bwala: 8.956 habitants. Entre Lùbondja-Lùlemba et Makùngù: 8.345, et enfin Eonde et Kazimia: 5.121 habitants.

(iii) La Collectivité de M'tambala: 58.234 habitants. Les tendances de concentrations sont: entre Baraka et Alùndja: 29.830 habitants. Entre Banyalinga et Atanga: 22.033 habitants, et enfin entre Afùlo et Alèlè 6.371 habitants.

(iv) La Collectivité de l'Itombwe: 55.693 habitants. Les tendances de concentrations sont: entre Kipupu-Mikenge et Kibati: 23.627 habitants. Entre Tubangwa-Tulambwe et Bilalombili: 16.987 et enfin entre Mikye-Kitutu et Itula 15.079 habitants.

(v) La Collectivité de Lùlenge: 19.892 habitants. Les tendances de concentrations sont: entre Ayumba et Busangano: 10.219 habitants et entre Bibizi et Kihungwe: 9.673 habitants.


Selon cette répartition démographique de Fizi, on se rend vite compte que deux Collectivités les moins étendues sont celles qui ont une densité extrêmement élevée. Il s'agit de la Collectivité de Tangani'a avec 31,16 habitants au Km2 et la Collectivité de M'tambala avec 15,65 habitants au Km2. En d'autres termes, la Collectivité de Lùlenge qui est sur le plan démographique la moins peuplée, elle contraste avec sa plus grande superficie, ses énormes potentialités agro-pastorales et son sous-sol très riche. La Collectivité de M'tambala ayant à son actif une forte densité reste cependant la plus pauvre en richesses agricoles et en ressources du sous-sol.


La géographie économique de Fizi

Fizi, terre agricole


Les potentialités que le territoire de Fizi regorge sur le plan agricole sont scandaleuses. En voici les tendances agricoles: (i)Produits agricoles à vocation industrielle: le coton de très bonne qualité se cultive partout dans le territoire de Fizi, surtout dans le Lùlenge, Sebele-Akomba et toute la Collectivité de Tanganyika. Le café arabica à forte teneur se cultive à I'amba-Atuta, à Swima-Ake, à Mkweci-Mboko, à Esùnda-Lusenda, à Lubumba-Andale, à Lwama-Embe et dans tout Lùlenge (Sud-Ouest de Fizi). Le robista tient mieux dans tous les moyens et les hauts-plateaux de Fizi. Le quinquina de teneur trois fois supérieur que celle de montagne de Bukavu se cultive dans le Lùlenge et les Moyens Plateaux de Fizi. Le palmier à huile se cultive partout dans le territoire de Fizi surtout à Bisembe, Itula, Kitutu, Makùngù, Sembé, Swema et à Mboko. Il a été, par ailleurs signalé que le cocotier, le caoutchoucs, le cacao et beaucoup d'autres produits industriels sont cultivables à Fizi et les récoltes sont potentiellement épouvantables.

(ii) Produits vivriers: le maïs n'a pas de saison sur tout le territoire de Fizi ( dans le moyen et le haut-plateau comme dans la plaine). Le riz fait scandale dans le Lùlenge et dans le moyen plateau. Le haricot se cultive partout, surtout dans le Lùlenge, Moyens et Hauts-Plateaux. Le blé et le milet font de bonnes récoltes à Lùlenge, au bord du lac et dans les Moyens et sur les hauts-Plateaux. Le sorgho et houblon se cultivent partout à Fizi. Les arachides se cultivent surtout à Lùlenge, à Sebele, Ase'e et dans tous les moyens plateaux de Fizi. Le bananerais (toutes les qualités) donnent de recoltes formidables partout à Fizi, surtout à Eonde, Atanga-baraka, Kenya-Mboko, Ake-lùbenga, Lulenge et dans tout le moyen et le haut-plateau de Fizi. Le manioc n'a, non plus de saisons dans le territoire de Fizi, il se cultive partout, surtout à Mboko, Baraka, Kazimia et à Bwala-Fizi.

(iii) Produits fruitiers: toutes les qualités poussent et donnent de très bonnes recoltes partout dans le territoire de Fizi surtout à Ecula, 'Wangùlùbe, Angule et à Néhéle.

(iv) Produits aromantiques: toutes les fleurs aromatiques sont cultivables sur tout le
territoire de Fizi, surtout à Lùlenge, à Ecùla et à Ananda.

(v) Produits maraichers: les oignons font scandale à Atùta, Bibekye, Eonde et à Angùle. Les carottes et les choux se cultivent à Bibekye, à Ecùla, à Lùsùkù et à Angùle. Beaucoup d'autres produits maraichères sont cultivables à Fizi. Sur le 100% de terres de Fizi, le volume de terre cultivable est de 83,66 % suivant une répartition suivante: Lùlenge jusqu'à Talama-M'tama-'wanyange-Lambokilela soit 23,47%. Le Moyen Plateaux ( Bwala-Fizi-Ananda, Mkela, Ecùla,'Wamlema, Lùsùkù, Ngùlùbe-Abala, 'Wamlema, Lusùkù, Angùle, Néhélé et Elùmbe) soit 18,02 %. les Hauts-Plateaux de l'Itombwe ( Kitutu, Itula, Kenene, Kanenge, Bisembe, Epùpù, M'enge, Ebati, Tubangwa et Bilalombili) soit 17,12% . Le Aboke-Mboko ( Lweba, Lusenda, Nundu-sangya, Kabumbe-Ake-swima et Iamba-Atùta) soit 16,05%. Le Ngandja et la presqu'Il d'Ubwari jusqu'á Talama soit 06%. Et dans le M'tambala soit 03 %.

Bien que les terres les plus fertiles soient localisées à Bisembe-Kitutu, Lulenge-Lambokilela et à Ecula-Elumbe, il faut préciser que tout le sol de Fizi est en général riche et permet le renouvellement de la culture sans avoir besoin des engrains chimiques. Il n'est pas exagéré de dire que: Fizi est un vrai paradis agricole.

Fizi, terre d'élevage. Les possibilités agro-pastorales que la végétation de Fizi offre sont qualifiées par les experts de très fabuleuses. En effet, si l'on peut considérer l'élevage dans sa diversité animale, le territoire de Fizi se distingue en: (i) Élevage de bovins (boeufs ou gros bétails): Fizi couvre en moyenne 69 % de verdure de pâturage allant de Lulenge, les Hauts-Plateaux, la perte des Monts Mitumba, à Ngandja jusqu'à Moba (vyura). Quant aux potentialités d'un élevage moderne et industriel, Fizi en régorge les étendues énormes capables de rendre le secteur l'élevage très industriel et moderne. Les fermiers trouveront dans le territoire de Fizi des espaces importants ou des domaines (concessions d'élevage) capable de contenir les installations telles que les étables, dipping-tanc, stock à fourrages et les plantations d'herbes de fourrage. Le système de l'élevage domestique ou familial est une expérience qui présente toutes les chances de réussir sur le territoire de Fizi. (ii) Élevages ovinés (Moutons, Chèvres et bouquetins): Cet élevage se pratique partout dans le territoire de Fizi. Il présente surtout des grandes possibilités dans les moyens-plateaux et les versants des monts Mitumba, sur le litoral du lac Tanganyika. (iii) Elevage des vollailes: Fizi en régorge aussi d'énormes possibilités. Toutes les formes d'élevages sont possibles dans ce territoire. Car sur les 68 % de paturage du Kivu (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema), 29 % se localisent dans le seul territoire de Fizi.Fizi, terre aux eaux de pêches

En effet, comme nous l'avons signalé, le territoire de Fizi bénéficie une large partie des eaux du lac Tanganyika soit 175 Km de long et 95 km de large sur lac (de Luhanga-Atuta à Talama-Wimbi). Les variétés des espèces aquatiques sont très impressionantes. Si déjà grâce à sa pêche artisanale, le Fizi fait sa notoriété en Ndakala et Mikéké, qu'adviendra-t-il quand les techniques de pêches industrielles seront de pratiques courantes sur tout cet espace-pêche de Fizi. Par ailleurs, il est utile de signaler que toutes les rivières de Fizi régorgent des variétés inombrables de poissons, à telle enseigne que du nord au sud et de l'est à l'ouest, la ration alimentaire quotidienne de la population de Fizi fait figurer nécessairement, le poisson. Les poisons de Fizi se vendent sur l'ensemble de territoires voisins et s'exportent même dans d'autres provinces du pays notomment Kasai, Bandundu, Nord-Kivu, Haut-Congo et Kinshasa. On remarque une forte demande de produits lacustres de Fizi au delà des frontières congolaises surtout en Zambie, en Afrique du Sud, au Gabon, au Rwanda, en Uganda et en Belgique. Les variétés telles que le Kowé et le M'mbanga sont parmi les poissons qui ont longtemps séduit le colonisateur belge séjournant dans le territoire de Fizi.


Fizi, terre minérale


La carte géologique de Fizi surprend beaucoups dans sa composition souterraine. En 1906, les études faites auparavant ont montré que Fizi n'avait que l'Or, le Tin et le Tantalum. En 1920, juste après la fin de la première guerre, d'autres études faites dans ce territoire vont montrer que Fizi, en plus de ces trois minerais précités, avait aussi, en quantité énorme le Cadmium, le rhenium et le Tungsten. Il a fallu attendre les études de 1947 ( faites par les colons belges) et celles de 1981 ( très récentes menées par les experts du CEE) pour dévoiler que pour le territoire de Fizi, la carte minerale ci-dessous convient le mieux:

1. l'Or à Kitutu, Itula, Bisembe, Mikenge, Kipupu, Kanenge, Mikye, Minembwe, Asakwa, Néhélé, Angùle, Ngùlùbe-Abala, Mlema, Ecùla, Sémbé, M'kela, Bwala, Lùbondja, Hona, Yùngù, Talama, Embe et à Misisi-Lùlimba.

2. le Petrole à Alamba-Mwanjalulu non loin de Kazimia sur la presqu'Ile d'Ubwari.

3. le Ciment à Talama-sud (prolongement du filon de Kabimba-cimental).
4. le Diamant à Sele près de Yungu non loin de Ebamba près de Kazimia.
5. le Rhénium à Misisi et à Lubondja.
6. le Tantalum à Misisi, Lubundja, Minembwe, Mkela, Kitutu et à Mikye.
7. le Cadmium à Kitutu, Itula, Bisembe, Mikye, Mienge, Minembwe et à Bwala.
8. le Tin à Misisi, Lubundja, M'kela, Ecula, Kitutu, kipupu, Mikye et Itula.
9. le Tungsten à Kitutu, Itula, Mikye, Mikenge, Kipupu, Ecula-M'kela et à Minembwe.
10. le Charbon à Talama, Yungu, Ebamba et Dine Ubwari ( filon de Kabimba cimental).
11. le Fer à Misisi, Lubondja, Yungu et à Hona.
12. la Bauxite à Kitutu, Mikye et à Mikenge.
13. le Platinum à Misisi, Lubundja, Ecula, M'lema, M'kela et à Abala.
14. l'Argent à Misisi, Makungu, Bwala et à Kitutu.
15. l'Antimoine à Lubundja, Misisi, Mkela, Sémbé et à Kitutu.
16. le niobium vers ngandja à la frontière avec Kabambare
17. Wolfram au nord de Fizi

Avec d'autres recherches de prospection, il est possible que la liste s'allonge, car la composition géologique de Fizi est selon toute évidence de l'ère Post-Diluviènne Précambrien, riche en ressources souterraines à forte teneur. Tout ce scandale géologique de Fizi est malheureusement jusqu'à ce jour en dessous de son exploitation, sauf quelques essais artisanaux pratiqués à des endroits disparats.


Fizi, terre des forêts denses


Parmi les territoires du Congo potentiellement foretiers, Fizi tient une place de choix. Car ce territoire compte à lui seul 8 règnes forestiers dont: la Forêt de M'nwema (Kanenge), la Forêt de Hewa-bora (entre Busangano-Bibikye et Ayumba/Ntama dans le territoire de Lulenge), la Forêt de Mi'enge (Haut-Plateau près de Epupu, un parc national en perspective), la Forêt de Abembwe (entre Lwenge et Nundu), la Forêt de Mkubwe-Tembo (entre Kabumbe et Ake-Lusambo), la Forêt de Ngobi-Elambi-Elengué (entre Swima et Iamba-Atuta), la Forêt de Mtupeke-Ebukala (entre Lubundja et Lulimba) et la Forêt de Sombwe (quicouvre toute la presqu'Il d'Ubwari-Nemba). La qualité de bois et les variétés qu'on y trouvent passe de tout commentaire.

A côté du bois, il faut mentionner la valeur médecinale très impressionante que contiennent des arbres, des écorses ou des racines de ces forêts. La particularité des forêts de Fizi, c'est aussi cette présence des arbres fétiches chargés des forces qui dépassent tous les essais scientifiques classiques. L'on trouve ces arbres dans la forêts de Mienge, M'nwema et Lulenge (hewa bora). Malheureusement, il faut encore regretter une sous-exploitation criante de cette richesse forestière de Fizi.


Fizi, paradis touristique


Fizi est un territoire touristique si l'on le considère dans ses merveils naturels: la faune, la flore et les espèces aquatiques; dans ses réalités historiques et culturelles: sites d'attraction, objets historiques anciens et enfin la présentation physique: le lac et ses plages, les ilots et les presqu'Il, les montagnes et les collines très attractives ainsi que les rapides et les chutes. En effet, dans sa faune, le territoire de Fizi compte selon la loi de 1932 trois réserves animales. Il s'agit de la Réserve de Mikenge, la Réserve de Lwama-Elembwe et la Réserve d'Elombwe. La réserve de Mikenge contient une gamme variée d'animaux dont notamment: Eléphants, Buffles, Rhinocéros, et surtout les Chimpazés. Dans celle de Lwama-Elembwe, l'on trouve: les Hippopotames, les Croccodiles, les buffles et surtout les Eléphants nains, sans compter plusieures variétés des réptiles et insectes riches en venin à valeur médicinale. La réserve d'Elombwe est une particularité touristique surtout en ce qu'elle contient une double attraction: le "lac aux papyrus" d'éternelle couleur verte et "lac aux oiseaux" aux plumages très variés et très impresionnants.

La flore de Fizi régorge un règne végétal très intéressant, surtout en ce qui concerne les plantes aux espèces riches en valeur médecinale. La culture des fleurs et de plantes artistiques est une activité économique qui ferait entrer les devises si elle sera pratiquée de manière moderne, car le métabolisme photosynthétique de la flore laisse penser que le fleurs y cultivées bénéficieraient les mêmes conditions bio-climatiques.

Les espèces aquatiques contiennent plusieures variétés de notoriétés mondiales comme l'ont confirmé les études entreprises par les chercheurs japonais sous la supervision du bureau sous-régional de l'IRSAC/Uvira dans les eaux de Fizi à Pemba/Munene, à Lweba, à Sombwe et tout l'axe Dine-Yungu. Selon ces recherches le lac, vers ses bords litoraux héberge des sites faits des espèces aquatiques très recherchées pour l'élèvage en bols d'aquarium dans tous les hauts lieux (Palais royaux, résidences présidentielles, Hotels et maisons d'expositions scientifiques, culturels et touristiques) à travers le monde. De par leur valeur touristique de contemplation physique et morphologique ces espèces peuvent attirer la curiosité d'un grand nombre des voyageurs. Il se vérifie aussi que certaines espèces aquatiques de Fizi contiendraientt des substances médicales permettant le traitement des maladies très délicates.

Les objets d'arts traditionnels et historiques de Fizi sont, par ailleurs, une valeur et une réalité touristique qui ne cessent d'étonner. Les voyageurs pourront dans les faits culturels de Fizi trouver un autre asile de détente et de souvenirs. Fizi offre ainsi un bénéfice touristique qui permet l'éclosion de son économie, de ses potentialités culturelles et linguistiques.


Fizi et son histoire


Pour traiter de l'histoire de Fizi, des volumes entiers conviennent le mieux. Dans ce travail, l'ambition est bien loin de ce souhait. Il s'agira dans ce chapitre de présenter l'histoire de Fizi d'une manière très émouvante, attrayante et très brève. Parler brièvement de l'histoire de Fizi importe de considérer: (i)- Son Vécu Humain, (ii)- Son Vécu Socio-Politique. (iii)- Son vécu administratif.

L'histoire humain de Fizi tire ses racines dans la nuit de temps. Au temps de formations de familles, de clans, de tribus et de nations, Fizi s'est vu habité par un peuple nommé M'BEMBE. L'histoire apprend que l'ancêtre de ce peuple est le célébre M'MBONDO fils de M'MKUTE, frère de l'ancêtre des LEGA (Warega). S'étant reconnu dans le temps et dans l'espace, le m'bembe a conçu sa langue. Cette langue est appelée le Ebembe. De cet acquis linguistique, il a développé un mode de vie sociale conforme à ses convictions essentiellement spirituelles: croyance en Seul "Abeca Pùngu, Abeca Mwene-Ikùlù, Abeca Mwene-Malango, Abeca Mwene-Batù", Abeca M'mbumba Esé n'Ikùlù ( Dieu Omnipotent, Dieu Omniprésent, Dieu Omniscient, Dieu créateur de l'homme, des Cieux, de la terre et de tout l'univers). Cette croyance en Dieu est un acquis spirituel très déterminant dans la pratique des us et coutumes-bembe: le M'bembe ne fuit jamais le défunt, il enterre avec tous les égards recquis les morts. Le M'bembe circoncit ses enfants du sexe mâle et ne fait jamais l'excision et l'ablation des femmes. Le M'bembe fait l'adoration et offre des sacrifices symboliques. Il respecte la valeur de la personne humaine et supporte mal toute personne qui méprise les valeurs humaines (surtout celle du respect des personnes âgées, des handicappés et des enfants). Il n'hésite pas à se défendre et à s'opposer aux velléités de domination et d'esclavage.

Au fur des âges, ces pratiques sociales ont acquis une valeur dite de référence, l'échelle de valeurs à laquelle tout M'mbembe s'identifie. Transmises d'une génération à une autre, ces valeurs ont pris la qualité d'une culture typiquement Ebembe. C'est ce qui constitue l'âme socio-culturelle et linguistique du peuple M'mbembe

Le M'mbembe s'organise socialement dès le niveau de la famille restreinte (le père, la mère et les enfants), la famille étant la cellule de base de la nation Mmbembe. Ici, le père est le seul chef de la famille.


De la famille le M'mbembe forme la famille etendue (le père, la mère, les enfants, les frères, les soeurs, les demi-cousins, les demi-pères, les demi-mères, les oncles et les tentes) Ici, le grand-père décide en dernier sort. Le niveau suivant est le clan avec en tête leur chef de clan. Plusieurs clans s'identifient au niveau de la tribu. Selon les liens de lignées familliales proches, au sein de la tribu Ebembe s'organisent le Bwami (royauté à base de lignées familiales.) Sur le plan administratif, le territoire de Fizi s'administre dès le niveau du Village, avec un Capita en tête. Plusieurs villages forment la Localité dirigée par un chef de localité. Le niveau suivant lui-même basé sur les liens familiaux est le Groupement dirigé par un chef de Groupement. La Collectivité dirigée par un chef de Collectivité constitue l'entité qui, réunie aux autres forment le Territoire ou la Zone, avec un Commissaire-Administrateur du territoire en tête.


Le peuple M'mbembe est donc fortement organisé du noyau familial au sommet. L'organisation monarchique sur base héréditaire n'est pas le modèle de gestion du goût de M'mbembe.


Toujours fidèle à sa culture, le mbembe est un peuple foncièrement pacifique et n'agit qu'en légitime défense. Il hait le mépris et a dégoût à la provocation. Il sait se défendre et la lutte fini lorsque le dernier de leur tombe. Mais lorsqu'il survient qu'un autre peuple s'évertue à le conquerir, la guerre chez ce peuple prend toujours des ampleurs qui obligent les instigateurs et agresseurs à solliciter la signature des traités de paix durable.


L'histoire guerrière de peuple de Fizi renseigne que dans leur vécu, le M'mbembe a connu les périodes de guerres très dures. Les plus importantes sont les guerres qui les opposèrent:

(1) Aux Arabes vers le debut du 18 è siècle dans leur paratique de la Traite de Noirs. La fin de cette guerre, connue sous le nom de la "Résistance de Baraka" (dérivé du mot arabe bark'a donné à la ville portière du chef lieu de la Collecitvité de Mtambala), a eu pour résultat, le record faible des déportés de la tribu de Babembe à Zanzibar, en Occident et même en Asie. Les rescapés s'étant finalement installés à Kibondo, un des Districts administratifs de la Province Tanzaniènne de Kigoma (nom Kibondo étant le dérivé de l'appellation ancestrale de tout M'mbembe, le "Mbondo").

(2) Aux Luba coalisés aux Baholoholo (ancien peuple de Kalemie), fin 18 è siècle, pour occuper tout le littoral ouest du lac Tanganyika et la partie sud-ouest de Fizi. La fin de cette guerre a conduit au retrait de tous les ressortissants baholoholo sur l'ensemble du territoire de Fizi. Suite à cette défaite de Baholoholo, le Mbembe a gardé dans ses proverbes d'humour, l'expression parlant d'une certaine déformation de la tete: "m'cwe été wa m'holoholo" (la tete pointue semblable a celle de Muholoholo).

(3) Aux Babuyu qui cherchaient au debut du 19 siècle d'occuper le territoire de Lulenge et de Ngandja. Les babuyu ont fini par proposer un traité de paix et furent sommés de ne pas quitter les coffins ouest de la collectivité de lulenge. Il était donc rare qu'un mubuyu vive parmi les familles de Babembe sans qu'il change et s'assimile au prealable aux Babembe.

(4) Aux Barundi coalisés aux Goma (peuple ancien de Kigoma cohabitant avec les Waha, essentiellement burundais) pour tenter d'occuper la presqu'Il d'Ubwari et la Plaine de la Ruzizi. La suite de ces tentatives finit par la victoire de Babembe qui repoussa les assaillants au loin à l'intérieur de leurs territoires. Une frange de ces envahisseurs eu le dessus sur le Bafulero qui se virent imposer la création d'une entité administrative de Groupement de Burundi, dans la plaine de la Ruzizi, territoire d'Uvira. Ce groupement a fini par être remis aux citoyens congolais, grâce à la bravour des combattants Mai-Mai des années 60/80 dirigés par Marandura et Bidarira.

(5) Aux Allemands vers le milieu de 19 siècle, poussés par la volonté d'étendre leur hégémonie sur les deux rives du lac Tanganyika, verront leur effort s'estomper face à la dynamique maitrise de l'art militaire presque héréditaire de Babembe. La fin de cette guerre (connue dans le milieu babembe de la guerre contre les "aluma", déformation d'allemands) eu pour effet, la recherche de l'espace hégémoniste des allemands, très loin de Fizi vers les territoires du nord-ouest ( au bushi). Plusieurs d'autres épopées guerrières de Babembe sont souvent signalées quand ils ont eu à gagner la guerre contre les "Babingya", "Ngilima ou Chinja-chinja" et les "Bazoba".

Le cas de la révolte Muleliste a crée sensation sur l'ensemble du territoire congolais lorsque, envahi par les enseignements nationalistes de ce mouvement, le Mubembe a su consérver sa substance et résister contre le pouvoir de Mobutu pendant plus 25 ans, épopée qu'aucune tribu de la RDC ait jamais fait pendant le regne autocratique et dictatorial de Mobutu. Ceci conforte la thèse historique de Babembe qui hait avec
véhémence tout système politique dictatorial et qui viole les droits fondamentaux de 'homme. Aujourd'hui, comme la minorité semble décidée d'occuper la RDC et surtout la partie Est pour l'annexer à ce qu'elle appelle l'Empire Hima ou pays de Havila (DRC, Tanzanie, Rwanda, Burundi et Ouganda), il va sans dire qu'elle doit nécesairement trouver sur son chemin, la farouche résistance du peuple congolais, du peuple du Kivu et de Babembe en particulier.